Découvrez le témoignage de Murielle : thérapeute en massage sensitif

Femmes, violences conjugales, précarité…

J’ai toujours été émue par le vécu des femmes précaires et / ou victimes de violences. Les deux se cumulent malheureusement souvent.

Je n’ai jamais su si ma sensibilité envers ce public était liée à une part encore inconnue de mon histoire ou à un sentiment plus diffus d’appartenance à la grande communauté d’âmes, immense sororité qui compose la moitié de l’humanité. Mais peu importe !

Le « hasard » a mis sur mon chemin l’association « Bien-être pour elles » à Grenoble, alors que, dans le cadre de ma certification en massage sensitif de bien-être, je cherchais à pratiquer.

L’association Bien-être pour elles

Le cœur même de l’association Bien-Être pour Elles, c’est de prendre soin des femmes. De toutes les femmes. C’est même l’origine de l’association. Ses activités comprennent de la natation, des cours de self-défense, du développement personnel (Lauriane), de l’hypnose, de l’acupuncture (Emina), et, tout récemment du massage sensitif.

Le principe est simple : les femmes financièrement stables adhèrent à l’association et financent les séances de massage à un tarif préférentiel. L’argent récolté permet ainsi à l’association d’offrir les mêmes prestations à des femmes en grande précarité.

Murielle intervient auprès de Bien-être pour elles

J’ai un plaisir incroyable à rencontrer et masser ce public, avec un rythme très modeste mais régulier (2 séances tous les 15 jours). L’agenda est plein longtemps à l’avance, les femmes sont toujours au rendez-vous. Et pour beaucoup d’entre elles, le massage est une grande découverte. Leur corps a toujours été associé à la souffrance, trop rarement au plaisir… Et le bien-être leur semble un luxe fait pour les autres, jamais pour elles.

Alors lorsque la séance se termine, j’écoute les soupirs de bien-être sur des corps abîmés, je vois des sourires illuminer des visages fatigués, j’entends des mots incroyables… « Je ne savais pas que c’était possible, un truc pareil » ; « vos mains sont magiques, merci », « je ne sais plus où je suis mais je suis bien »…

Et même si, parfois, lorsque je rentre chez moi, j’éprouve le besoin de prendre une douche, comme pour « rincer toute cette misère », je retiens toujours, et seulement, le plaisir de la rencontre humaine, l’envie de continuer… J’ai un immense sentiment de gratitude pour toutes celles qui n’ont plus de filtre ou d’ego, qui osent montrer leur vulnérabilité et me font confiance.

Les derniers mots reviennent à l’association :

« Le massage est doux, profond. Selon les témoignages, Murielle « vous enveloppe dans une bulle de bienveillance et d’amour », qui procure bien-être, détente et libération des tensions. Des mots forts, qui nous réconfortent dans l’idée que nos actions auprès de ces femmes sont indispensables. Et que nous sommes chanceux d’avoir des professionnelles comme Emina, Lauriane et Murielle, qui ont compris à quel point il était important d’apporter de la douceur à des femmes qui vivent (souvent) tout le contraire. À quel point une heure de leur temps peut changer le cours de la vie de ces femmes ».

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.