violence faites aux femmes à Grenoble

Protection des Femmes : le combat BEPE

Violence au sein des couples, violences sexuelles, harcèlement…le travail de protection des femmes et de leurs droits est un combat permanent et parfois, il faut bien le dire épuisant.
Aujourd’hui, en tant qu’association venant en aide quotidiennement aux femmes en difficulté, nous nous sentons plus que démunis. Le manque de moyens et le peu d’aide que nous recevons de la part des autorités compétentes nous forcent à regarder les choses en face : il nous est impossible d’aider certaines femmes en situation de détresse qui viennent nous trouver, et ça, c’est insupportable.

femme battue impossible à recueillir

Les violences faites aux femmes ne prennent pas de vacances

Le contexte de pandémie et de précarité actuel est clairement un facteur aggravant pour les violences faites aux femmes. Nous le voyons sur le terrain, chaque nuit lorsque nous recevons des appels de femmes en grande difficulté, lorsque celles-ci nous demandent de l’aide… et que nous ne pouvons rien faire!

Les violences faites aux femmes ne prendront pas de « grandes vacances » cet été.
Pour l’ONU femmes, lors du premier confinement, le nombre de plaintes ou appels aux autorités pour des violences domestiques aurait augmenté de 30 % en France ! Une explosion des violences constatée par toutes les associations mobilisées cette année et l’année dernière.
Elles sont nombreuses les femmes à la rue, les femmes battues, les femmes assassinées par leurs compagnons, qui avaient sollicité de l’aide en vain. Malgré quelques avancées positives, les mesures prises semblent peu suffisantes pour faire face à la réalité. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à nous sentir impuissants et à alerter sur le sujet.
Afin de dénoncer l’inaction du gouvernement, une grande marche a été organisée vendredi 25 juin à Paris. 

 

Protection des femmes : s’épuiser au combat

On ne va pas vous le cacher, BEPE est à bout de souffle. C’est une énorme frustration de ne pas pouvoir aider celles qui ont pourtant le courage de nous le demander, ici à Grenoble. Frustration face au manque de moyen, frustration face au manque d’intérêt.
Alors oui le compte Instagram de BEPE s’étoffe, oui nous portons à bout de bras nos projets. Mais nous tenions aujourd’hui, en toute transparence, à partager avec vous notre découragement.

Nous avons réuni 42 500 € et nous avons encore besoin de bien plus pour espérer concrétiser la Maison du Bonheur, notre centre d’accueil de nuit pour femmes. En effet, malgré nos recherches acharnées et nos nombreuses demandes d’aide, il nous est aujourd’hui impossible de trouver un local afin d’héberger les femmes en danger ou en situations difficiles qui viennent nous trouver.

Ce qui nous fait tenir ? L’engagement et le travail de ceux qui croient en BEPE. Le constat que nous avons déjà pu aider beaucoup de femmes et que ce n’est jamais négligeable.
Merci à celles et ceux qui nous prêtent mainforte, par leurs dons, par leurs actes bénévoles. Notre association n’est sans doute pas la plus « esthétique », la plus « glamour ». Nous sommes des femmes et des hommes de tout horizon, nous sommes de différentes origines, de différentes religions, pourtant, nous sommes tous et toutes unis dans cette bataille.

apporter son aide à BEPE

 

Comment agir contre les violences faites aux femmes ?

La protection des femmes est un combat qui se joue sur le long terme, par la création de structures d’accueil, par la mise en place de lois et par leur application réelle sur le terrain, mais également une éducation citoyenne.

Pour nous aider à Grenoble, parlez de notre projet ! Communiquez sur vos réseaux, faites un don, sensibilisez les personnes que vous connaissez sur le sujet.

 

Si vous êtes témoins de violence, ne restez pas silencieux !

En cas d’urgence et de danger immédiat

  • Appeler le 17
  • Utiliser le 114 par SMS

Pour un conseil, une orientation ou signaler un fait de violences

  • Appeler le 39 19 : numéro gratuit et anonyme fonctionnant du lundi au vendredi de 9 h à 22 h, ainsi que les samedis, dimanche et jours fériés de 9 h à 18 h
  • Signaler votre situation sur Internet via la plateforme dédiée fonctionnant tous les jours sans exception, 24 h/24 avec un tchat non traçable : https://arretonslesviolences.gouv.f/   
  • Si vous êtes un enfant victime de violences, appelez le 119 (appel gratuit 24 h/24, 7 j/7)
  • Contraception et interruption volontaire de grossesse (IVG) : le Planning familial répond à toute question au numéro vert : 0 800 08 11 11
  • Hébergement d’urgence : appeler le 115. Des bons de transport sont mobilisables pour les mises à l’abri, à destination de personnes non mobiles et sans ressource.

 

 

Crédits photo :
Couverture — Photo de Karolina Grabowska provenant de Pexels
Jeune femme sur canapé – Photo de RODNAE Productions provenant de Pexels
Petit cœur — Photo de Puwadon Sang-ngern provenant de Pexels
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.