L’opération GRAND FROID est lancée !

Aujourd’hui, la précarité concerne de plus en plus de personnes en France et dans le monde. Les sans-abris sont les plus touchés par la pauvreté. À l’approche de l’hiver, les besoins sont encore plus importants en raison des conditions climatiques. Bien-être pour elles lance donc son opération annuelle GRAND FROID.

Si vous ne connaissez pas encore cette action, sachez qu’il s’agit d’une collecte solidaire de tout ce qui est nécessaire à ces personnes en grande précarité pour passer l’hiver dans de meilleures conditions :

Matériel :

  • Torches
  • Sacs à dos 15 litres
  • Duvets et sacs de couchage
  • Chauffe-mains Zippo et chaufferettes
  • Trousse à pharmacie garnie

Vêtements :

  • Bonnets, gants et écharpes (du S au XL)
  • Sous-vêtement NEUFS uniquement (du S aux XL)
  • Chaussettes (du 37 au 46)

Produit d’hygiène :

  • Gel douche et shampoing
  • Brosse à dents et dentifrice
  • Crème hydratante
  • Mouchoirs
  • Rasoirs
  • Gel désinfectant

Tous vos dons seront distribués lors de nos maraudes à Grenoble en même temps que les repas chauds et les autres aliments.

Pour ceux et celles qui nous connaissent déjà, vous savez à quel point cette collecte est importante. Elle apporte un peu de chaleur dans le froid hivernal de toutes les personnes qui n’ont pas de toit. N’hésitez pas à en parler à vos proches ou vos amis.

A cette occasion, nous souhaitons remercier la MJC Anatole France et l’école La Plume qui se mobilisent aussi pour organiser des collectes au profit des plus démunis.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez contribuer à la collecte en faisant un don sur la cagnotte en ligne :
https://www.cotizup.com/maraudes-operation-grand-froid

Un grand MERCI pour les sans-abris !

L’équipe de Bien-être pour elles

Perla Création : notre marraine préférée

Comme vous le savez, Bien-être pour elles parvient à aider les femmes précaires grâce à la générosité de ses nombreux donateurs. Chaque don compte et c’est cette solidarité collective qui rend nos actions possibles. Aujourd’hui nous souhaitons vous parler de notre marraine préférée : Perla Création.

Qui est Perla Création ?

Perla Création est une marque de bijoux française. Sa créatrice est, depuis plusieurs années, la marraine de notre association. Adhérente de la première heure avant le lancement de son affaire, Perla Création nous reverse aujourd’hui une partie de ses bénéfices. Mais cela ne s’arrête pas là, car chaque année, Perla Création fait cadeau d’une trentaine de bijoux aux mamans seules que nous accompagnons. Ce partenariat représente beaucoup pour notre association. C’est un soutien indéfectible qui nous donne foi en l’avenir et nous fait grandir.

Comment Perla Création est-elle née ?

C’est l’histoire d’une jeune femme passionnée par les perles d’eau douce qui a des idées plein la tête. Ne trouvant pas de bijoux à son goût, elle décide de les créer elle-même. L’expression : « On n’est jamais si bien servi que par soi-même » prend tout son sens avec Perla Création.

C’est ainsi qu’au fil de ses voyages à travers le monde, Perla Création rapporte des perles précieuses qu’elle intègre à ses créations originales. De nobles matériaux et un esprit créatif hors pair donnent naissance à des bijoux uniques, raffinés et made in France.

Perla Création aujourd’hui

Aujourd’hui, Perla Création est présente dans les grands événements de mode internationaux : Festival de Cannes ou Fashion Week à New York. Perla Création prête également ses créations sur les plateaux de télévision.

 

Nous remercions de tout cœur notre marraine préférée Perla Création de nous accompagner depuis toutes ces années et espérons que vous aussi vous apprécierez ses créations.

 

Offrez un cadeau unique ou faites-vous plaisir sur Perla Création.

Le véritable parcours du combattant de la femme qui quitte son mari violent

C’est l’histoire d’une femme battue qui quitte le domicile conjugal à Grenoble un jour de juillet. Son histoire illustre parfaitement le véritable parcours du combattant qui attend une femme victime de violences conjugales. Quitter un mari violent ne suffit pas. Encore faut-il trouver la force d’aller de l’avant sur un chemin semé d’embûches.

 

Une violence inouïe

Laure* (nom d’emprunt) est mère de trois enfants dont le dernier n’a que 18 mois. Cela fait trop longtemps qu’elle endure les coups de son mari. Après la naissance de leur premier enfant, son mari commence par des violences verbales. Dix ans plus tard et de nombreux coups reçus, Laure craint désormais pour ses enfants. Si elle a pu encaisser les coups de son mari, elle ne supporterait pas de voir ses enfants devenir victimes à leur tour.

On peine parfois à imaginer la violence qu’endurent certaines femmes. Pour mieux pouvoir frapper Laure, son mari a retiré toutes les portes de la maison sauf celle des WC. Un soir, alors qu’il est sorti acheter de l’alcool promettant de la frapper à son retour, Laure prend son courage à deux mains. Elle quitte le domicile conjugal avec ses trois enfants. Ne sachant où aller, elle se cache dans un parc à proximité de l’appartement.

Désespérée et n’ayant aucun proche à contacter, Laure appelle notre association. Nous réagissons immédiatement à cet appel au secours en diffusant un message sur les réseaux sociaux pour trouver un hébergement d’urgence.

Les structures d’accueil à Grenoble sont débordées

Grâce à la générosité d’une dame, un studio est mis à la disposition de Laure et ses enfants pour une semaine. C’est un bon début, mais il faut assurer la suite. Nous lançons une collecte en ligne pour Laure.

Nous contactons immédiatement le 115 qui est surchargé. Ils nous proposent de rappeler dans 3 semaines ! Nous nous tournons alors vers les associations d’accueil pour femmes à Grenoble, mais après une attente de plusieurs heures, aucune aide n’est proposée à Laure et ses enfants. Les associations sont débordées et de toute façon on est à la veille des vacances d’été. On nous conseille de porter plainte et de revenir en septembre… Comme si cette situation pouvait être mise en attente un mois !

Le dépôt de plainte : une étape douloureuse mais nécessaire

Le troisième jour, nous accompagnons Laure à la gendarmerie pendant que nos bénévoles gardent ses enfants. Après 3 heures d’audition ponctuées de moments plus que délicats, la plainte est déposée. Des photos sont prises par le médecin légiste qui attestent des coups reçus par Laure.

À l’issue du dépôt de plainte, nous nous rendons auprès de l’association Uni (e-s) verselles dont les bénévoles sont très à l’écoute. L’association n’est hélas pas en mesure de proposer à Laure et ses enfants une aide adaptée à l’heure actuelle.

Le dépôt de plainte ouvre certains droits comme celui d’effectuer une demande d’allocation à la CAF. Il faut d’abord obtenir un RIB afin que les prestations familiales lui soient versées directement. Sans cette plainte, Laure n’aurait bénéficié d’aucune aide.

Comme si de rien n’était, le mari de Laure l’appelle chaque jour. D’abord pour demander les clés de la voiture puis pour la menacer. Si elle ne rentre pas à la maison, il la menace de déposer plainte pour disparition et enlèvement d’enfant. Il rappelle encore une dernière fois le quatrième jour pour intimer Laure de rentrer chez elle. Mais rien n’y fait, Laure est bien décidée à aller de l’avant.

Récupérer ses affaires en prenant des risques

Laure doit récupérer ses papiers d’identité et ses affaires dans l’appartement qu’elle a quitté. Le problème est que son mari est souvent là, car il est en vacances. Bien-être pour elles demande à la gendarmerie d’accompagner Laure à l’appartement afin qu’elle puisse récupérer quelques affaires en toute sécurité. Hélas ! Les gendarmes s’y refusent.

Cette situation nous oblige à organiser une véritable opération commando afin que Laure récupère ses affaires en l’absence de son mari. Laure comme nos bénévoles court un risque important. Personne ne sait comment cet homme risque de réagir s’il revient à l’improviste. Finalement Laure parvient à récupérer un minimum d’affaires dans l’appartement.

La collecte en ligne a permis de réunir une somme suffisante pour payer un mois de loyer à Laure et ses enfants. Mais Laure n’est pas sortie d’affaire. A la fin du mois d’août, elle devra trouver un autre logement. Une assistante sociale a désormais pris en charge son dossier.

Tout est fait pour décourager les victimes

L’histoire de Laure illustre à quel point il est difficile pour une femme de sortir des mains de son bourreau. À la difficulté de fuir le domicile conjugal s’ajoute celle de faire face à l’administration et aux structures d’accueil. À maintes reprises, les femmes battues finissent par regagner le domicile conjugal ne sachant où aller ou à qui s’adresser. Ce retour est souvent synonyme de nouvelles violences si ce n’est de mort.

La prise en charge des femmes à la rue ou en grande précarité est insuffisante compte tenu de la demande croissante et du nombre d’hébergements d’urgence disponibles.

Pour parer ce problème, Bien-être pour elles a lancé le projet de la Maison du Bonheur. Son objectif est de proposer un accueil d’urgence de nuit exclusivement réservé aux femmes.

N’hésitez pas à soutenir notre projet pour rejoindre la grande chaîne de solidarité.

Merci !

Les chiffres des féminicides en France ne fléchissent pas

Le nombre de féminicides ne fléchit pas en France. On enregistre même un pic pendant l’été.

Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous recommandons la lecture de ces deux articles :

Notre association vient régulièrement en aide aux femmes qui s’échappent du joug de leur mari violent.

Découvrez le témoignage de Murielle : thérapeute en massage sensitif

Femmes, violences conjugales, précarité…

J’ai toujours été émue par le vécu des femmes précaires et / ou victimes de violences. Les deux se cumulent malheureusement souvent.

Je n’ai jamais su si ma sensibilité envers ce public était liée à une part encore inconnue de mon histoire ou à un sentiment plus diffus d’appartenance à la grande communauté d’âmes, immense sororité qui compose la moitié de l’humanité. Mais peu importe !

Le « hasard » a mis sur mon chemin l’association « Bien-être pour elles » à Grenoble, alors que, dans le cadre de ma certification en massage sensitif de bien-être, je cherchais à pratiquer.

L’association Bien-être pour elles

Le cœur même de l’association Bien-Être pour Elles, c’est de prendre soin des femmes. De toutes les femmes. C’est même l’origine de l’association. Ses activités comprennent de la natation, des cours de self-défense, du développement personnel (Lauriane), de l’hypnose, de l’acupuncture (Emina), et, tout récemment du massage sensitif.

Le principe est simple : les femmes financièrement stables adhèrent à l’association et financent les séances de massage à un tarif préférentiel. L’argent récolté permet ainsi à l’association d’offrir les mêmes prestations à des femmes en grande précarité.

Murielle intervient auprès de Bien-être pour elles

J’ai un plaisir incroyable à rencontrer et masser ce public, avec un rythme très modeste mais régulier (2 séances tous les 15 jours). L’agenda est plein longtemps à l’avance, les femmes sont toujours au rendez-vous. Et pour beaucoup d’entre elles, le massage est une grande découverte. Leur corps a toujours été associé à la souffrance, trop rarement au plaisir… Et le bien-être leur semble un luxe fait pour les autres, jamais pour elles.

Alors lorsque la séance se termine, j’écoute les soupirs de bien-être sur des corps abîmés, je vois des sourires illuminer des visages fatigués, j’entends des mots incroyables… « Je ne savais pas que c’était possible, un truc pareil » ; « vos mains sont magiques, merci », « je ne sais plus où je suis mais je suis bien »…

Et même si, parfois, lorsque je rentre chez moi, j’éprouve le besoin de prendre une douche, comme pour « rincer toute cette misère », je retiens toujours, et seulement, le plaisir de la rencontre humaine, l’envie de continuer… J’ai un immense sentiment de gratitude pour toutes celles qui n’ont plus de filtre ou d’ego, qui osent montrer leur vulnérabilité et me font confiance.

Les derniers mots reviennent à l’association :

« Le massage est doux, profond. Selon les témoignages, Murielle « vous enveloppe dans une bulle de bienveillance et d’amour », qui procure bien-être, détente et libération des tensions. Des mots forts, qui nous réconfortent dans l’idée que nos actions auprès de ces femmes sont indispensables. Et que nous sommes chanceux d’avoir des professionnelles comme Emina, Lauriane et Murielle, qui ont compris à quel point il était important d’apporter de la douceur à des femmes qui vivent (souvent) tout le contraire. À quel point une heure de leur temps peut changer le cours de la vie de ces femmes ».

 

solidarité

Le retour du printemps : les actions BEPE de mars

Les beaux jours reviennent et BEPE est bien décidé à en profiter pour faire avancer les choses ! Entre belles rencontres et actions de l’association, voici les deux temps forts de notre mois de mars que l’on souhaitait partager avec vous.

8 mars : manifestation lors de la journée de la femme

1500 personnes ont marché ce 8 mars 2022 à Grenoble lors de la journée du droit des femmes. Aux côtés de BEPE se tenait l’association « Nous toutes », mais également le planning familial.

défilé lors des manifestations du 8 mars

Une minute de silence a été observée en hommage aux victimes de féminicides, plus de 625 ces cinq dernières années. Malheureusement, les personnes d’autorités chargées de recevoir les plaignantes victimes d’agressions sont encore trop peu formées et parfois même extrêmement hostiles aux victimes. Les révélations de Médiapart cette année vont dans ce sens. Un message audio laissé par mégarde à une jeune femme par un policier peu scrupuleux à notamment été dévoilé. Dans ce message, l’homme n’avait pas hésité à qualifier la jeune femme venue porter plainte pour agression sexuelle de « grosse pute ».  Des insultes sans conséquences pour le policier, la justice ayant considéré les preuves comme insuffisantes à toute poursuite.
Les résultats des élections présidentielles du mois d’avril auront bien sûr un fort impact sur les futures prises de position du gouvernement sur ces sujets importants.

27 mars : Journée européenne pour le droit au logement

Avoir un logement à un prix abordable et décent n’est pas donné à tout le monde, même en 2022 en France.
Discriminations, bailleurs, fraudeurs, logements laissés vacants volontairement… de nombreuses problématiques ont été abordées lors de cette journée européenne qui remet en cause la non-application de certaines lois qui devraient pourtant permettre un accès plus égalitaire au logement.

BEPE connait bien ces problématiques. Nos équipes sont en effet constamment en contact avec des femmes sans domicile fixe luttant pour retrouver un logement temporaire ou définitif avec ou sans leurs enfants, ayant fui leur foyer, voire leur pays.
Nous avons ainsi rencontré une femme ayant fui l’Albanie, arrivée en France en passant par l’Italie. Suite à un appel au 115, elle n’est hébergée qu’une nuit avant de passer un mois à dormir dans un parc. Le monde nocturne est loin d’être tendre avec les femmes étrangères livrées à elles-mêmes en France. Afin de la soustraire à diverses menaces (notamment de prostitution forcée), BEPE lui vient en aide avant qu’une seconde association prenne le relais pour l’éloigner de Grenoble.

Voilà pourquoi le projet de la Maison du Bonheur est vital. Ce foyer d’accueil d’urgence pourrait permettre aux femmes en situations difficiles de trouver une oasis de sécurité et un foyer temporaire le temps d’effectuer des démarches pour obtenir un véritable domicile.
Pour soutenir la création de la Maison du Bonheur, vous pouvez participer au Challenge Maison du Bonheur.

 

 

Image de couverture : https://www.freepik.es/vectores/juntos »>Vector de juntos creado por storyset – www.freepik.es

collecte alimentaire grenoble foodie

La collecte alimentaire Grenoble Foodie

C’est dans quelques jours à peine : les vendredi 11 et samedi 12 février, BEPE organise une immense collecte alimentaire avec le soutien et l’aide précieuse de Grenoble Foodie !

L’année dernière, les deux influenceuses au grand cœur avaient déjà organisé une collecte à destination des étudiants. Cette année toute nourriture (et même produits d’hygiène neufs) récoltée pendant l’opération sera distribué aux femmes en situations difficiles auxquelles BEPE vient en aide jour après jour.

En effet, l’association ne se contente pas d’aider ponctuellement des femmes mises à la rue ou fuyant des violences, mais intervient sur le long terme pour les aider à améliorer de très nombreux aspects de leur vie. Cette collecte est très importante pour nous et surtout pour les nombreuses femmes de la région (et leurs enfants) que nous suivons régulièrement et pour qui nous essayons d’alléger un quotidien parfois très difficile. Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter nos autres articles ou la page d’accueil de l’association !

Entreprises, restaurateurs, particuliers, la grande collecte alimentaire est ouverte à tous ! Voici toutes les informations pratiques dont vous aurez besoin pour participer vous aussi :

ADRESSE : La Mesa & Materia Grenoble — Restaurant argentin

HORAIRES :

  • Le 11 février de 15 h à 17 h
  • Le 12 février de 10 h à 17 h

On remercie déjà chaleureusement tous ceux qui se prêteront au jeu et qui nous aideront en ce début d’année 2022. N’hésitez pas à passer simplement pour nous communiquer votre bonne humeur, vous n’imaginez pas à quel point c’est important pour toute l’équipe.

Avec un peu de retard, nous vous souhaitons à tous une superbe année, pleine de petites joies et de grands bonheurs !

 

Nouvelles activités bien-être chez Bien-Être Pour Elles

Le cœur même de l’association Bien-Être pour Elles finalement, c’est de prendre soin des femmes. De toutes les femmes. C’est même l’origine de l’association. Comme vous le savez sûrement, nous avons commencé en proposant des sessions de natation et des cours de self-défense hebdomadaires. Depuis, nous essayons de diversifier les activités de bien-être proposées aux femmes. En effet, 3 professionnelles du bien-être physique et émotionnel nous ont rejoins pour donner un peu de temps aux femmes qui en ont le plus besoin. Massage sensitif, acupuncture et développement personnel… retour sur les nouvelles activités bien-être ! 

 

Autour d’un café au local d’accueil de l’association Bien-Être pour Elles, nous avons pris le temps de découvrir 2 des bénévoles professionnelles qui proposent leurs services à moindre coût pour les femmes adhérentes de l’association, Lauriane et Emina. Elles travaillent toutes les deux au CHU, mais c’est Lauriane qui a parlé de l’association à Emina. Pour cette dernière, ce fut une évidence de l’accompagner dans cette nouvelle aventure.

Dans cet article, on vous emmène avec nous pour découvrir le parcours de ces deux femmes au grand coeur. 

 


Le développement personnel avec Lauriane

Mère de 3 enfants, Lauriane exerce en tant qu’auxiliaire de puériculture à la maternité du CHU de Grenoble. Son quotidien : aider et accompagner ses patientes le mieux possible. Mais son envie grandissante d’apporter tout son soutien à ses patientes l’a poussé à vouloir comprendre pourquoi, selon certains événements, chez certaines familles, le moment de la naissance pouvait se déroulait de manière si différente. C’est ainsi qu’elle s’est dirigée vers différentes études complémentaires, dont la PNL, l’hypnose, ou encore l’écoute active.

Désensibilisation émotionnelle et PNL pour apprendre à bien rencontrer l’autre

Lauriane a donc suivi des formations dans le décodage biologique, méthode qui permet de comprendre l’origine, l’événement qui a pu déclencher une douleur ou une maladie. Elle a aussi appris la Programmation Neuro-Linguistique, un modèle de communication, d’apprentissage et de changement, qui, selon elle, permet de «bien rencontrer l’autre».

Elle pratique également la méthode DECEMO (Désensibilisation des Charges Émotionnelles), qui permet de désensibiliser les émotions relatives aux souvenirs, notamment les expériences traumatiques, les chocs et blocages émotionnels, ainsi que les phobies.

Hypnose et écoute active : comment se reconnecter avec ses besoins

Pour élargir encore ses connaissances, Lauriane a suivi une formation d’hypnose. Selon elle, « un hypnotiseur, c’est un thérapeute qui accompagne l’inconscient » et permet de se «reconnecter avec ses besoins».

L’hypnose peut se pratiquer au cours d’une séance dédiée ou au cours d’une conversation, sans s’en rendre compte – c’est ce qu’on appelle «l’hypnose conversationnelle».

Elle met l’accent sur la nécessité d’écouter les autres, mais aussi soi-même, toujours avec bienveillance. C’est pourquoi elle défend une démarche de non-jugement, d’accompagnement, d’écoute auprès des femmes, pour les mener vers leurs objectifs.

 

« Aider les autres nous fait grandir »

Lauriane a ressenti le besoin de transmettre son savoir, de rendre accessibles ses outils à des femmes ayant peu de moyens. C’est pourquoi elle s’est dirigée vers l’association Bien-Être pour Elles : pour proposer son aide à des femmes dans le besoin.

Les séances auprès de ces femmes lui permettent de grandir elle-même, de se perfectionner encore et encore, mais surtout de redonner confiance aux autres et de «donner du temps à une femme, qui n’est pas forcément écoutée ». Ce qu’elle souhaite, c’est « mettre de la lumière dans les blessures » des femmes qui viennent la rencontrer.

Un véritable « lâcher prise » avec les séances d’acupuncture d’Emina

Emina, sage-femme et mère de 2 enfants, a passé son diplôme universitaire en acupuncture obstétricale à Nîmes et le pratique en salle de naissance. Elle a connu l’association par le biais de Lauriane et a intégré l’équipe de bénévoles pour «apporter quelque chose aux gens, les aider».

Pour avoir de véritables effets sur le long terme, l’acupuncture doit se faire sur plusieurs séances, espacées de 2 semaines minimum entre chaque séance. La première séance permet à Emina de découvrir le corps de la patiente, pour pratiquer et l’aider au mieux, et dure généralement 1 heure.

D’après les premiers témoignages de nos bénéficiaires, Emina a su faire des miracles. Toutes décrivent la même sensation : celle d’un soulagement, de lâcher-prise, ressentis dans tout le corps. Elles louent la douceur d’Emina, qui a su les faire se sentir à l’aise, en sécurité. Exactement l’objectif de Bien-Être Pour Elles.

 

La « bulle de bienveillance » des massages sensitifs de Murielle

Parmi le trio des activités bien-être, nous comptons également Murielle, formée dans le massage sensitif.

Le massage est doux, profond. Selon les témoignages, Murielle «vous enveloppe dans une bulle de bienveillance et d’amour », qui procure bien-être, détente et libération des tensions. Des mots forts, qui nous réconfortent dans l’idée que nos actions auprès de ces femmes sont indispensables. Et que nous sommes chanceux d’avoir des professionnelles comme Emina, Lauriane et Murielle, qui ont compris à quel point il était important d’apporter de la douceur à des femmes qui vivent (souvent) tout le contraire. À quel point une heure de leur temps peut changer le cours de la vie de ces femmes. 

 


Un moment bien-être ouvert à toutes les femmes…

Toutes les séances sont prodiguées dans notre point d’accueil, dans une salle spécialement aménagée, à l’ambiance zen et chaleureuse. Un lieu idéal pour passer un agréable moment de détente et de recentrage sur soi. Lauriane, Emina et Murielle proposent leurs soins aux adhérentes, à des prix préférentiels ainsi qu’aux femmes en situation de précarité, à un prix symbolique en fonction de leurs moyens. En effet, toutes les femmes ont le droit au bien-être, qu’il soit physique ou psychique.

Un nouveau local pour BEPE

En ce mois d’octobre qui annonce le retour progressif de l’hiver, et un temps assez difficile pour toutes les personnes à la rue, nous voulions vous présenter le nouveau local BEPE qui nous permette d’accueillir les femmes dans le besoin.

Nouveau local = nouveau départ ?

Notre objectif était de permettre aux femmes en situation difficile de trouver ici un lieu propre, accueillant, apaisant et sécurisé. Un lieu qui ne serait pas un simple lieu de passage, sans personnalité, semblable à n’importe quelle structure administrative dans laquelle on ne se sent jamais à l’aise. Mais bien un lieu chaleureux et qui évoquerait le bien-être.

Nous pensons que toute femme, qu’elle soit victime de violences ou en situation financière critique, devrait avoir le droit à un accueil respectueux et bienveillant. On entend souvent de la part de ces femmes le mépris dont elles font l’objet de la part des autres : compagnons, administration, policiers, etc. Nous tenons à ce que BEPE soit au contraire un endroit où les femmes puissent retrouver leur estime d’elle-même.

Le local BEPE a vocation à être bien plus qu’un bel endroit ! Nous travaillons actuellement à la mise en place de nombreux partenariats avec des spécialistes de divers domaines : coachs en développement personnel, psychologues, acupuncteurs, spécialistes du relooking. Tous unis pour aider ces femmes à transformer leur vie. C’est le cœur du travail qu’accomplit BEPE depuis sa création :  proposer diverses activités où ces femmes peuvent se retrouver, partager leurs difficultés et prendre un nouveau départ.

Ce petit havre de paix, nous en sommes très fiers, mais malheureusement c’est encore trop peu face au nombre de femmes en difficulté que nous rencontrons au travers de nos actions.

Voilà pourquoi nous aimerions garder cette approche et donner enfin donner vie à la Maison du Bonheur, un accueil d’urgence nocturne qui nous semble essentielle pour aider les femmes en situation de détresse ! Aujourd’hui nous devons absolument combiner l’aide d’urgence et le suivi sur le long terme afin d’aider efficacement les femmes à obtenir leur indépendance.

Si ce que vous voyez vous plait, n’hésitez pas à rejoindre la campagne de fond qui nous permettra de mener à bien le projet Maison du Bonheur!  Il nous reste 90 jours pour récolter les fonds nécessaires et nous avons besoin de vous !

 

Merci aux acteurs de ce projet !

Ce projet de deux mois n’aurait pas été possible sans la collaboration de IMDESIGN qui a répondu à notre appel et a relevé le défi qui leur était imposé : meubler ces 90 m² avec du mobilier de récupération !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par IMDESIGN (@imdesign_archi)


Nous voulions aussi remercier le talentueux photographe qui a réalisé les photographies que vous pouvez voir dans cet article, merci, Alberto !

Insta : Groupe Plum’Art

 

japon

Bénévoles BEPE : une rédactrice à Tokyo

Bonjour à tous, je m’appelle Isabelle et je suis bénévole pour l’association Bien Être Pour Elles.

Une association est composée de nombreux visages anonymes, de petites mains qui chacune apportent un peu de leur temps et de leur savoir-faire pour la cause qui leur tient à cœur. Personnellement, je rédige les articles de BEPE grâce aux informations fournies par Christelle sur l’avancée des campagnes et des projets.

Je réside au Japon où je travaille comme journaliste et rédactrice web. Rien ne semble me lier de près ou de loin à BEPE. Nous ne résidons pas dans le même pays, n’avons peut-être pas les mêmes convictions religieuses ni les mêmes origines, mais pourtant, nous partageons les mêmes valeurs. Nous souffrons de savoir tant de femmes à la rue, tant de femmes sans ressources. Nous sommes animés par la même volonté, unis dans le même but.

Aujourd’hui je tenais à me présenter pour rappeler la diversité que représente l’association BEPE, car nous en sommes fiers.

 

Merci à tous ceux qui soutiennent BEPE par leurs dons ou par leurs actions ! Merci de nous aider à faire évoluer la condition des femmes, peu importe leur pays d’origine, leur langue ou leur religion.

Nous espérons que nos actions impacteront un jour les collectivités locales et qu’elles nous aideront à faire évoluer BEPE.

Prenez soin de vous, et comme on dit au Japon, またね !

 

 

Photo de couv : Photo de Tomáš Malík