Venez vous célébrer au féminin

Bonjour Mesdames

 
Nous avons le plaisir de vous inviter à une journée exceptionnelle.
Venez vous célébrer au féminin en vous offrant Une Douce Parenthèse le 12 mars
 

Lieu : Hôtel Cowool,1 Av. d’Innsbruck, 38100 Grenoble

Horaires : 10h à 17h

Dress code : Être sur son 31 car c’est une journée de célébration au cours de laquelle chacune va s’honorer !

Attention : Journée sans enfants, réservée aux femmes.

Au programme : des ateliers de communication positive, du yoga du rire, des interviews, du divertissement, de la convivialité, de la sororité.

Tarif : 15€, entrée, buffet et boissons compris

Pour participer, cliquez sur le lien ci-dessous sans tarder :

https://www.helloasso.com/associations/bien-etre-pour-elles/evenements/douce-parenthese

Via PayPal:  bienetrepourelles@gmail.com

Le nombre de places est limité, donc n’attendez pas !

Témoignage d’une femme

Aujourd’hui, nous vous livrons le témoignage de Marie (nom d’emprunt) qui illustre le parcours d’une femme violentée parmi tant d’autres.

« Je m’appelle Marie et j’ai été victime de violence conjugale pendant plus de cinq ans. Mon mari était très jaloux et possessif, et il a commencé à me faire du mal physiquement et émotionnellement. Au début, je pensais que c’était de ma faute, mais avec le temps, j’ai réalisé que c’était lui le problème.

J’avais peur de quitter mon mari, car je ne voulais pas être séparée de mes enfants, mais j’ai finalement pris la décision de partir pour leur sécurité et pour la mienne. Cela a été très difficile, mais j’ai trouvé de l’aide dans un refuge pour femmes et j’ai pu commencer à reconstruire ma vie.

Aujourd’hui, je suis en train de travailler pour devenir financièrement indépendante et je suis en train de donner à mes enfants une vie stable et sûre. Je veux que d’autres femmes sachent qu’il y a de l’espoir et de l’aide disponible, et qu’elles n’ont pas à rester dans une situation violente. »

Nos actions de fin d’année

La fin de l’année est synonyme d’intensification de l’activité chez Bien-être pour elles. En effet, les plus démunis ont besoin de nous plus que jamais. Grâce à notre réseau de bénévoles et nos généreux donateurs, nous apportons un peu de baume au cœur à toutes les personnes qui n’ont pas la chance d’avoir un toit au-dessus de leur tête.

 

Cette année encore, des maraudes hebdomadaires se déroulent pendant la période hivernale. Tous les jeudis, nos bénévoles cuisinent des plats chauds le matin pour les distribuer ensuite aux sans-abris l’après-midi en même temps que d’autres articles de première nécessité : produits de soins, sacs à dos, gants, bonnets, etc.

En plus des donateurs réguliers de denrées alimentaires, nous avons également des contributeurs ponctuels. À ce titre, nous remercions Les Délices de Maman qui nous a offert des Tiramisus pour notre maraude de Noël.

En période de fêtes, notre association prépare des boîtes à bonheur grâce aux dons qui sont ensuite distribuées lors de la maraude juste avant Noël (le 22 décembre cette année). Les boîtes décorées et remplies de cadeaux sont accompagnées par les livres du bonheur créés par des enfants où ils expriment, en paroles ou en dessin, leur sympathie envers les plus démunis. Ces moments de partage, ponctués par des larmes de joie, nous touchent au plus profond du cœur. Nous sommes heureux de voir les sourires se dessiner sur ces visages trop souvent tristes.

Nous en profitions pour remercier les jeunes du quartier prioritaire de la Viscose qui ont rejoint nos bénévoles pour la maraude de Noël dans la bonne humeur.

Voici un aperçu de nos actions en images :

Les boîtes à bonheur en préparation

 

Les boîtes à bonheur prêtes pour la distribution

Distribution des boîtes à bonheur et des livres du bonheur

 

Si vous souhaitez participer à nos actions, n’hésitez pas à faire un don sur notre cagnotte GRAND FROID.

 

Un grand merci pour toutes les personnes en grande précarité !

La Maison des Femmes : un lieu d’écoute et de soins pour les femmes victimes de violences à Grenoble

 

La Maison des Femmes a été inaugurée le 25 novembre à Grenoble. Cet établissement se veut être un lieu ressource pour l’accompagnement des femmes dans des contextes de violence (violences sexuelles, violences conjugales, violences intrafamiliales, etc.) et des professionnel.les qui les accompagnent.

 

La soirée de lancement de la Maison des Femmes a eu lieu à Grenoble le 25 novembre dernier à l’issue de deux journées d’échanges avec le conseil départemental de l’accès aux droits sur la thématique « violences faites aux femmes : complémentarité des acteurs en Isère ».

Ce moment fort est l’aboutissement du travail de l’association Uni(e-s)verselles créée en février 2020 par trois gynécologues du CHU et du Groupe Mutualiste : le professeur Pascale Hoffmann et les docteurs Anne Angotti et Camille Lesne Veran.

Bien-être pour Elles est aujourd’hui partenaire de la Maison des Femmes grâce à notre collaboration avec le coordinateur de l’association, M. Pierre Jothy. Notre association se réjouit de ce partenariat qui marque un pas en avant vers l’accompagnement des femmes en souffrance.

Pour bénéficier d’un accompagnement au sein de la maison des femmes, n’hésitez pas à appeler au 04 76 76 68 00 ou envoyer un mail à maisondesfemmes@chu-grenoble.fr. La Maison des femmes est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 17h.

 

 

 

L’opération GRAND FROID est lancée !

Aujourd’hui, la précarité concerne de plus en plus de personnes en France et dans le monde. Les sans-abris sont les plus touchés par la pauvreté. À l’approche de l’hiver, les besoins sont encore plus importants en raison des conditions climatiques. Bien-être pour elles lance donc son opération annuelle GRAND FROID.

Si vous ne connaissez pas encore cette action, sachez qu’il s’agit d’une collecte solidaire de tout ce qui est nécessaire à ces personnes en grande précarité pour passer l’hiver dans de meilleures conditions :

Matériel :

  • Torches
  • Sacs à dos 15 litres
  • Duvets et sacs de couchage
  • Chauffe-mains Zippo et chaufferettes
  • Trousse à pharmacie garnie

Vêtements :

  • Bonnets, gants et écharpes (du S au XL)
  • Sous-vêtement NEUFS uniquement (du S aux XL)
  • Chaussettes (du 37 au 46)

Produit d’hygiène :

  • Gel douche et shampoing
  • Brosse à dents et dentifrice
  • Crème hydratante
  • Mouchoirs
  • Rasoirs
  • Gel désinfectant

Tous vos dons seront distribués lors de nos maraudes à Grenoble en même temps que les repas chauds et les autres aliments.

Pour ceux et celles qui nous connaissent déjà, vous savez à quel point cette collecte est importante. Elle apporte un peu de chaleur dans le froid hivernal de toutes les personnes qui n’ont pas de toit. N’hésitez pas à en parler à vos proches ou vos amis.

A cette occasion, nous souhaitons remercier la MJC Anatole France et l’école La Plume qui se mobilisent aussi pour organiser des collectes au profit des plus démunis.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez contribuer à la collecte en faisant un don sur la cagnotte en ligne :
https://www.cotizup.com/maraudes-operation-grand-froid

Un grand MERCI pour les sans-abris !

L’équipe de Bien-être pour elles

Perla Création : notre marraine préférée

Comme vous le savez, Bien-être pour elles parvient à aider les femmes précaires grâce à la générosité de ses nombreux donateurs. Chaque don compte et c’est cette solidarité collective qui rend nos actions possibles. Aujourd’hui nous souhaitons vous parler de notre marraine préférée : Perla Création.

Qui est Perla Création ?

Perla Création est une marque de bijoux française. Sa créatrice est, depuis plusieurs années, la marraine de notre association. Adhérente de la première heure avant le lancement de son affaire, Perla Création nous reverse aujourd’hui une partie de ses bénéfices. Mais cela ne s’arrête pas là, car chaque année, Perla Création fait cadeau d’une trentaine de bijoux aux mamans seules que nous accompagnons. Ce partenariat représente beaucoup pour notre association. C’est un soutien indéfectible qui nous donne foi en l’avenir et nous fait grandir.

Comment Perla Création est-elle née ?

C’est l’histoire d’une jeune femme passionnée par les perles d’eau douce qui a des idées plein la tête. Ne trouvant pas de bijoux à son goût, elle décide de les créer elle-même. L’expression : « On n’est jamais si bien servi que par soi-même » prend tout son sens avec Perla Création.

C’est ainsi qu’au fil de ses voyages à travers le monde, Perla Création rapporte des perles précieuses qu’elle intègre à ses créations originales. De nobles matériaux et un esprit créatif hors pair donnent naissance à des bijoux uniques, raffinés et made in France.

Perla Création aujourd’hui

Aujourd’hui, Perla Création est présente dans les grands événements de mode internationaux : Festival de Cannes ou Fashion Week à New York. Perla Création prête également ses créations sur les plateaux de télévision.

 

Nous remercions de tout cœur notre marraine préférée Perla Création de nous accompagner depuis toutes ces années et espérons que vous aussi vous apprécierez ses créations.

 

Offrez un cadeau unique ou faites-vous plaisir sur Perla Création.

Le véritable parcours du combattant de la femme qui quitte son mari violent

C’est l’histoire d’une femme battue qui quitte le domicile conjugal à Grenoble un jour de juillet. Son histoire illustre parfaitement le véritable parcours du combattant qui attend une femme victime de violences conjugales. Quitter un mari violent ne suffit pas. Encore faut-il trouver la force d’aller de l’avant sur un chemin semé d’embûches.

 

Une violence inouïe

Laure* (nom d’emprunt) est mère de trois enfants dont le dernier n’a que 18 mois. Cela fait trop longtemps qu’elle endure les coups de son mari. Après la naissance de leur premier enfant, son mari commence par des violences verbales. Dix ans plus tard et de nombreux coups reçus, Laure craint désormais pour ses enfants. Si elle a pu encaisser les coups de son mari, elle ne supporterait pas de voir ses enfants devenir victimes à leur tour.

On peine parfois à imaginer la violence qu’endurent certaines femmes. Pour mieux pouvoir frapper Laure, son mari a retiré toutes les portes de la maison sauf celle des WC. Un soir, alors qu’il est sorti acheter de l’alcool promettant de la frapper à son retour, Laure prend son courage à deux mains. Elle quitte le domicile conjugal avec ses trois enfants. Ne sachant où aller, elle se cache dans un parc à proximité de l’appartement.

Désespérée et n’ayant aucun proche à contacter, Laure appelle notre association. Nous réagissons immédiatement à cet appel au secours en diffusant un message sur les réseaux sociaux pour trouver un hébergement d’urgence.

Les structures d’accueil à Grenoble sont débordées

Grâce à la générosité d’une dame, un studio est mis à la disposition de Laure et ses enfants pour une semaine. C’est un bon début, mais il faut assurer la suite. Nous lançons une collecte en ligne pour Laure.

Nous contactons immédiatement le 115 qui est surchargé. Ils nous proposent de rappeler dans 3 semaines ! Nous nous tournons alors vers les associations d’accueil pour femmes à Grenoble, mais après une attente de plusieurs heures, aucune aide n’est proposée à Laure et ses enfants. Les associations sont débordées et de toute façon on est à la veille des vacances d’été. On nous conseille de porter plainte et de revenir en septembre… Comme si cette situation pouvait être mise en attente un mois !

Le dépôt de plainte : une étape douloureuse mais nécessaire

Le troisième jour, nous accompagnons Laure à la gendarmerie pendant que nos bénévoles gardent ses enfants. Après 3 heures d’audition ponctuées de moments plus que délicats, la plainte est déposée. Des photos sont prises par le médecin légiste qui attestent des coups reçus par Laure.

À l’issue du dépôt de plainte, nous nous rendons auprès de l’association Uni (e-s) verselles dont les bénévoles sont très à l’écoute. L’association n’est hélas pas en mesure de proposer à Laure et ses enfants une aide adaptée à l’heure actuelle.

Le dépôt de plainte ouvre certains droits comme celui d’effectuer une demande d’allocation à la CAF. Il faut d’abord obtenir un RIB afin que les prestations familiales lui soient versées directement. Sans cette plainte, Laure n’aurait bénéficié d’aucune aide.

Comme si de rien n’était, le mari de Laure l’appelle chaque jour. D’abord pour demander les clés de la voiture puis pour la menacer. Si elle ne rentre pas à la maison, il la menace de déposer plainte pour disparition et enlèvement d’enfant. Il rappelle encore une dernière fois le quatrième jour pour intimer Laure de rentrer chez elle. Mais rien n’y fait, Laure est bien décidée à aller de l’avant.

Récupérer ses affaires en prenant des risques

Laure doit récupérer ses papiers d’identité et ses affaires dans l’appartement qu’elle a quitté. Le problème est que son mari est souvent là, car il est en vacances. Bien-être pour elles demande à la gendarmerie d’accompagner Laure à l’appartement afin qu’elle puisse récupérer quelques affaires en toute sécurité. Hélas ! Les gendarmes s’y refusent.

Cette situation nous oblige à organiser une véritable opération commando afin que Laure récupère ses affaires en l’absence de son mari. Laure comme nos bénévoles court un risque important. Personne ne sait comment cet homme risque de réagir s’il revient à l’improviste. Finalement Laure parvient à récupérer un minimum d’affaires dans l’appartement.

La collecte en ligne a permis de réunir une somme suffisante pour payer un mois de loyer à Laure et ses enfants. Mais Laure n’est pas sortie d’affaire. A la fin du mois d’août, elle devra trouver un autre logement. Une assistante sociale a désormais pris en charge son dossier.

Tout est fait pour décourager les victimes

L’histoire de Laure illustre à quel point il est difficile pour une femme de sortir des mains de son bourreau. À la difficulté de fuir le domicile conjugal s’ajoute celle de faire face à l’administration et aux structures d’accueil. À maintes reprises, les femmes battues finissent par regagner le domicile conjugal ne sachant où aller ou à qui s’adresser. Ce retour est souvent synonyme de nouvelles violences si ce n’est de mort.

La prise en charge des femmes à la rue ou en grande précarité est insuffisante compte tenu de la demande croissante et du nombre d’hébergements d’urgence disponibles.

Pour parer ce problème, Bien-être pour elles a lancé le projet de la Maison du Bonheur. Son objectif est de proposer un accueil d’urgence de nuit exclusivement réservé aux femmes.

N’hésitez pas à soutenir notre projet pour rejoindre la grande chaîne de solidarité.

Merci !

Les chiffres des féminicides en France ne fléchissent pas

Le nombre de féminicides ne fléchit pas en France. On enregistre même un pic pendant l’été.

Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous recommandons la lecture de ces deux articles :

Notre association vient régulièrement en aide aux femmes qui s’échappent du joug de leur mari violent.

Découvrez le témoignage de Murielle : thérapeute en massage sensitif

Femmes, violences conjugales, précarité…

J’ai toujours été émue par le vécu des femmes précaires et / ou victimes de violences. Les deux se cumulent malheureusement souvent.

Je n’ai jamais su si ma sensibilité envers ce public était liée à une part encore inconnue de mon histoire ou à un sentiment plus diffus d’appartenance à la grande communauté d’âmes, immense sororité qui compose la moitié de l’humanité. Mais peu importe !

Le « hasard » a mis sur mon chemin l’association « Bien-être pour elles » à Grenoble, alors que, dans le cadre de ma certification en massage sensitif de bien-être, je cherchais à pratiquer.

L’association Bien-être pour elles

Le cœur même de l’association Bien-Être pour Elles, c’est de prendre soin des femmes. De toutes les femmes. C’est même l’origine de l’association. Ses activités comprennent de la natation, des cours de self-défense, du développement personnel (Lauriane), de l’hypnose, de l’acupuncture (Emina), et, tout récemment du massage sensitif.

Le principe est simple : les femmes financièrement stables adhèrent à l’association et financent les séances de massage à un tarif préférentiel. L’argent récolté permet ainsi à l’association d’offrir les mêmes prestations à des femmes en grande précarité.

Murielle intervient auprès de Bien-être pour elles

J’ai un plaisir incroyable à rencontrer et masser ce public, avec un rythme très modeste mais régulier (2 séances tous les 15 jours). L’agenda est plein longtemps à l’avance, les femmes sont toujours au rendez-vous. Et pour beaucoup d’entre elles, le massage est une grande découverte. Leur corps a toujours été associé à la souffrance, trop rarement au plaisir… Et le bien-être leur semble un luxe fait pour les autres, jamais pour elles.

Alors lorsque la séance se termine, j’écoute les soupirs de bien-être sur des corps abîmés, je vois des sourires illuminer des visages fatigués, j’entends des mots incroyables… « Je ne savais pas que c’était possible, un truc pareil » ; « vos mains sont magiques, merci », « je ne sais plus où je suis mais je suis bien »…

Et même si, parfois, lorsque je rentre chez moi, j’éprouve le besoin de prendre une douche, comme pour « rincer toute cette misère », je retiens toujours, et seulement, le plaisir de la rencontre humaine, l’envie de continuer… J’ai un immense sentiment de gratitude pour toutes celles qui n’ont plus de filtre ou d’ego, qui osent montrer leur vulnérabilité et me font confiance.

Les derniers mots reviennent à l’association :

« Le massage est doux, profond. Selon les témoignages, Murielle « vous enveloppe dans une bulle de bienveillance et d’amour », qui procure bien-être, détente et libération des tensions. Des mots forts, qui nous réconfortent dans l’idée que nos actions auprès de ces femmes sont indispensables. Et que nous sommes chanceux d’avoir des professionnelles comme Emina, Lauriane et Murielle, qui ont compris à quel point il était important d’apporter de la douceur à des femmes qui vivent (souvent) tout le contraire. À quel point une heure de leur temps peut changer le cours de la vie de ces femmes ».

 

solidarité

Le retour du printemps : les actions BEPE de mars

Les beaux jours reviennent et BEPE est bien décidé à en profiter pour faire avancer les choses ! Entre belles rencontres et actions de l’association, voici les deux temps forts de notre mois de mars que l’on souhaitait partager avec vous.

8 mars : manifestation lors de la journée de la femme

1500 personnes ont marché ce 8 mars 2022 à Grenoble lors de la journée du droit des femmes. Aux côtés de BEPE se tenait l’association « Nous toutes », mais également le planning familial.

défilé lors des manifestations du 8 mars

Une minute de silence a été observée en hommage aux victimes de féminicides, plus de 625 ces cinq dernières années. Malheureusement, les personnes d’autorités chargées de recevoir les plaignantes victimes d’agressions sont encore trop peu formées et parfois même extrêmement hostiles aux victimes. Les révélations de Médiapart cette année vont dans ce sens. Un message audio laissé par mégarde à une jeune femme par un policier peu scrupuleux à notamment été dévoilé. Dans ce message, l’homme n’avait pas hésité à qualifier la jeune femme venue porter plainte pour agression sexuelle de « grosse pute ».  Des insultes sans conséquences pour le policier, la justice ayant considéré les preuves comme insuffisantes à toute poursuite.
Les résultats des élections présidentielles du mois d’avril auront bien sûr un fort impact sur les futures prises de position du gouvernement sur ces sujets importants.

27 mars : Journée européenne pour le droit au logement

Avoir un logement à un prix abordable et décent n’est pas donné à tout le monde, même en 2022 en France.
Discriminations, bailleurs, fraudeurs, logements laissés vacants volontairement… de nombreuses problématiques ont été abordées lors de cette journée européenne qui remet en cause la non-application de certaines lois qui devraient pourtant permettre un accès plus égalitaire au logement.

BEPE connait bien ces problématiques. Nos équipes sont en effet constamment en contact avec des femmes sans domicile fixe luttant pour retrouver un logement temporaire ou définitif avec ou sans leurs enfants, ayant fui leur foyer, voire leur pays.
Nous avons ainsi rencontré une femme ayant fui l’Albanie, arrivée en France en passant par l’Italie. Suite à un appel au 115, elle n’est hébergée qu’une nuit avant de passer un mois à dormir dans un parc. Le monde nocturne est loin d’être tendre avec les femmes étrangères livrées à elles-mêmes en France. Afin de la soustraire à diverses menaces (notamment de prostitution forcée), BEPE lui vient en aide avant qu’une seconde association prenne le relais pour l’éloigner de Grenoble.

Voilà pourquoi le projet de la Maison du Bonheur est vital. Ce foyer d’accueil d’urgence pourrait permettre aux femmes en situations difficiles de trouver une oasis de sécurité et un foyer temporaire le temps d’effectuer des démarches pour obtenir un véritable domicile.
Pour soutenir la création de la Maison du Bonheur, vous pouvez participer au Challenge Maison du Bonheur.

 

 

Image de couverture : https://www.freepik.es/vectores/juntos »>Vector de juntos creado por storyset – www.freepik.es